Anvie

Neurosciences et management

Accompagnés de grands chercheurs, découvrez les enjeux des neurosciences dans le cadre du management d’entreprise

À partir du Lundi 7 septembre 2020

Groupe de travail animé par

Grégoire Borst

PRÉSENTATION DÉROULÉ INDICATIF SÉANCES OBJECTIFS INTERVENANTS MODALITÉS
S'INSCRIRE

Alors que les entreprises engagent de profondes transformations – adoption de technologies disruptives et évolution des business models, refonte des organisations et des modes de travail... - on entend se multiplier l’appel à « remettre l’humain » au cœur de ces chantiers.

Au-delà̀ de l’incantation, il semble impossible d’accomplir les mutations en cours sans mieux comprendre le facteur humain. Ce dernier, au carrefour de la culture de l’entreprise, de la qualité́ des interactions au sein des équipes, des leviers de motivation individuels, reste délicat à modéliser et à outiller. La succession des modes managériales illustre ce point.

Les progrès accomplis en sciences cognitives et particulièrement en neurosciences offrent un éclairage inédit sur le fonctionnement cognitif (prise de décision, biais, croyances, apprentissage, motivation...).

Déroulé indicatif du cycle « Neurosciences et management »

 

L’Anvie vous propose un cycle de dîners débats pour échanger autour de ces apports et ainsi contribuer à guider l’action individuelle, collective ou bien encore celle du manager autour quatre thématiques :

  • Apprendre à apprendre
  • Esprit critique
  • Nudges et innovations comportementales
  • La mémoire du futur

Session 1 – Apprendre à apprendre

 

Lundi 7 septembre 2020

19h30-22h

 

Dans un monde en perpétuel mouvement, la compétence première - apprendre à apprendre – devient clé pour les entreprises. En l’utilisant, l’individu doit savoir jouer avec la partie prescrite du travail pour la réévaluer, la revisiter et le cas échéant la contourner. En quoi consiste-t-elle précisément ? Quels en sont les déterminants ? Comment l’entretenir et l’améliorer ? Enfin, de récentes recherches mettent en évidence combien le regret anticipé sur les conséquences de notre action est un levier puissant. En quoi cela peut-il enrichir notre approche de la prise de décision ?

Avec Grégoire Borst

 

 

 

Session 2 – Esprit critique, es-tu là ?

 

5 octobre 2020

19h30-22h

 

Éviter de se précipiter vers des conclusions hâtives ou de rester enfermés dans nos opinions constituent des défis d’autant plus ardus qu’une profusion d’informations et de sollicitations saturent notre attention. L’esprit critique est devenu une ressource rare sans laquelle prendre du recul, développer des approches originales, savoir dé- passer les règles du travail prescrit est presque impossible. Sommes-nous capables d’esprit critique ? En quoi consiste-t-il et comment l’outiller ? Que savons-nous des capacités cognitives qui soutiennent son exercice ? A quelles conditions peut-on prendre du recul vis-à-vis de ses propres opinions pour cultiver nos capacités de coopération et notre originalité ?

Avec Elena Pasquinelli

 

 

 

Session 3 – Nudges et innovations comportementales : comment mobiliser l’intelligence sociale des individus ?

 

2 novembre 2020

19h30-22h

 

En politiques publiques comme dans l’entreprise, les incitations monétaires échouent parfois à modifier efficacement les comportements. Ce constat a conduit à une révision du modèle classique de « l’homo economicus » pour aboutir à un modèle plus réaliste et opérationnel de la psychologie humaine. Comment ces nouvelles approches, permettent-elles d’enrichir la boîte à outils du manager ? Au-delà des « nudges », une compréhension plus fine de la psychologie humaine permet de mettre au point des politiques publiques et des techniques de management mieux adaptées aux contraintes de l’esprit humain. Quels sont les meilleurs outils pour mobiliser l’intelligence sociale des individus ? Que retenir des plus grands succès des innovations comportementales ? Quelles en sont, au contraire, les limites ?

Avec Coralie Chevallier

 

 

 

Session 4 – La mémoire du futur

 

30 novembre 2020

19h30-22h

 

Notre monde se complexifie de jour en jour sur tous les plans - économique, financier ou encore climatique et géopolitique. Pour le comprendre, relier ce qui, dans notre perception habituelle, ne l’est pas et prendre des décisions, le passage de la pensée simple (deviner, préférer, croire...) à la pensée complexe (proposer des hypothèses de solution, créer des relations, rechercher des critères, s’appuyer sur des justifications valides, s’auto-corriger...) est nécessaire. Face à un monde complexe et mouvant, l’adaptabilité doit être privilégiée. Il en est de même en ce qui concerne l’innovation, qui est aujourd’hui l’affaire de tous, et qui nécessite de casser les silos pour fluidifier la circulation de l’information. Comment s’organiser ?

Avec Francis Eustache

Objectifs pédagogiques du cycle « Neurosciences et management »

 

Contribuer à guider l’action individuelle, collective ou bien encore celle du manager

 

 

Pour qui ?

 

Tous les managers partageant une volonté d’ouverture à de nouveaux concepts, un goût pour la réflexion et la confrontation de points de vue.

 

 

Évaluations du cycle « Neurosciences et management »

Aucune

 

 

Supports pédagogiques

 

Compte rendu des échanges

Les intervenants du cycle « Neurosciences et management »

 

Session 1

 

Grégoire Borst est professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives de l’éducation à l’Université de Paris, membre junior de l’Institut Universitaire de France (IUF), membre senior du Bureau International de l’Education (IBE-UNESCO) et membre du comité d’experts « jeune public » au CSA. Il dirige le laboratoire CNRS de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant (LaPsyDE) à la Sorbonne. Après son doctorat obtenu en 2005 à l’Université Paris Sud, il a été chercheur associé à Harvard University. Il étudie le rôle des mécanismes de contrôle des automatismes, de détection de conflit et de doute dans le développement cognitif et socio-émotionnel de l’enfant, de l’adolescent et des adultes et dans les apprentissages à tous les âges de la vie.

 

 

Session 2

 

Philosophe, spécialiste des sciences cognitives, Elena Pasquinelli est chercheuse associée à l’Institut Jean-Nicod (ENS/ EHESS/ CNRS). Elle est membre de la Fondation La main à la pâte.

Elle s’attache à montrer comment les apports de la recherche en sciences de la cognition et du cerveau peuvent permettre d’améliorer les pratiques éducatives à l’école et en dehors de celle-ci. Son parcours entre recherche et éducation l’a conduite à publier plusieurs ouvrages et à participer à l’élaboration du rapport de l’Académie des sciences consacré au numérique

L’enfant et les écrans. Parmi ses publications : Comment utiliser les écrans en famille. Petit guide à l’usage des parents 3.0 (Odile Jacob, 2018), Mon cerveau, ce héros - mythes et réalités (Le Pommier, 2015).

 

 

Session 3

 

Coralie Chevallier est chercheuse en sciences cognitives au Département d’Études Cognitives de l’École Normale Supérieure. Elle travaille au sein du Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Computationnelles de l’Inserm sur la manière dont s’articulent motivation et cognition sociale.

Ses travaux portent plus spécifiquement sur l’impact de la pauvreté, les préférences sociales et la manière dont la psychologie sociale peut informer les politiques publiques. Après un doctorat entre l’Université de Lyon et la University College London, Coralie Chevallier a bénéficié de plusieurs expériences postdoctorales avant de rejoindre le Département d’Études Cognitives où elle dirige depuis le groupe de recherche Évolution et Cognition Sociale.

Coralie Chevallier a co-fondé une agence de conseil aux administrations publiques associant l’École Normale Supérieure, la Fondation Nationale des Sciences Politiques, le J-PAL Europe et le CEPREMAP.

 

 

Session 4

 

Francis Eustache, neuropsychologue, est Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et Directeur d’une unité de recherche de l’Inserm à l’Université́ de Caen-Normandie.

Il est co-responsable scientifique du programme de recherche 13-Novembre, vaste étude pluridisciplinaire qui porte sur les conséquences des attentats de 2015 à Paris sur la construction des mémoires individuelles et collectives.

Francis Eustache s’intéresse aux relations entre le cerveau et le comportement, notamment la mémoire et les maladies de la mémoire. Ses travaux sont fréquemment utilisés pour évaluer les troubles amnésiques chez des patients ayant subi différents types d’atteintes cérébrales et pour leur prise en charge. Francis Eustache dirige l’Unité U1077 de l’Inserm de Caen dédiée à l’étude de la mémoire humaine et le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives.

Durée en heures

 

4 séances de 2h30, soit 10 heures en totalité

 

 

Prérequis

 

Aucun

 

 

Adresse et modalités d’accès

 

Les sessions en distanciel se dérouleront sur Teams.

Les sessions en présentiel se dérouleront à l’Anvie au 8 rue d’Athènes 75009 Paris. Les locaux sont accessibles aux personnes en situation de handicap.

Notre référent Handicap est disponible au 01 42 86 68 80 afin d’identifier avec vous les adaptations nécessaires à votre participation.

S'inscrire au cycle « Neurosciences et management »

 

    J'accepte d'être recontacté.e dans le cadre de ce formulaire.